7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 22:10

 

Dans la mythologie grecque, Prométhée (en grec ancien Προμηθεύς / Promêtheús, « le Prévoyant ») est un Titan, fils de Japet et de Thémis (ou Clymène selon Hésiode), et frère d'Atlas, de Ménétios et d'Épiméthée. Il est le père de Deucalion, conçu avec Pronoia (ou Clymène). Selon une autre tradition minoritaire, Prométhée naît de l'union d'Héra et de son violeur, le Géant Eurymédon.

 

Mythe

D'après la Théogonie d'Hésiode, c'est Prométhée qui créa les hommes à partir d'une motte d'argile (Athéna, née en jaillissant de la tête de Zeus, introduisit le souffle de la vie dans ces corps d'argile). Prométhée compensa l'erreur de son frère Épiméthée qui avait donné aux animaux, au détriment de la race humaine, les dons les plus importants : force, rapidité, courage et ruse ; poil, ailes ou coquille, et ainsi de suite. Épiméthée (Ἐπιμηθεύς / Epimêtheús, « qui réfléchit après coup »), ne sachant que faire pour les hommes, appela à l'aide son frère qui imagina un plan pour favoriser l'humanité. Prométhée fit en sorte que l’homme puisse tenir debout sur ses deux jambes, il lui donna un corps plus grand, distingué et proche de celui des dieux. Puis, après la victoire des nouveaux dieux dirigés par Zeus sur les Titans, Prométhée se rendit sur le char du soleil avec une torche, dissimula un tison dans une tige creuse de fenouil et donna le feu à la race humaine. Il lui enseigna aussi la métallurgie et d'autres arts, eux-mêmes enseignés à Prométhée par Athéna qui était complice puisqu’elle l’aida à entrer secrètement dans l’Olympe. Il entra de ce fait en conflit avec Zeus qui lui infligea un supplice : Héphaïstos l'enchaîna nu à un rocher dans les montagnes du Caucase, où un aigle venait lui dévorer le foie chaque jour. Sa souffrance était infinie, car chaque nuit son foie repoussait.

Héraclès le délivra au cours de ses douze travaux mais pour ne pas déroger au serment de Zeus qui avait juré que le Titan resterait à jamais enchaîné au Caucase, Prométhée dut porter durant toute sa vie une bague de fer provenant de ses chaînes, accolée à un morceau de pierre du Caucase.

La légende de Prométhée laisse supposer que les Grecs anciens avaient découvert que le foie est l'un des rares organes humains à se régénérer spontanément en cas de lésion.

Zeus déclara vouloir anéantir l’espèce humaine dans un déluge, mais épargna finalement Deucalion, fils de Prométhée, et sa femme Pyrrha.

Selon une légende particulière, Prométhée devint immortel grâce au centaure Chiron : celui-ci, blessé accidentellement par les flèches empoisonnées d’Héraclès, ne supportant plus la souffrance mais ne pouvant ni guérir ni mourir, troqua son immortalité contre sa mortalité, avec l’autorisation de Zeus. Ce dernier était, en effet, reconnaissant envers Prométhée de lui avoir prédit que s’il avait épousé la néréide Thétis, le fils qu’ils auraient eu ensemble aurait été plus puissant que lui et l'aurait détrôné.

Il est pourtant plus commun de trouver Prométhée désigné comme le « Titan Prométhée » , puisque fils d'un Titan et d'une Titanide : il serait ainsi immortel de naissance, puisqu'ayant le rang d'une divinité primordiale.


Postérité
En philosophie, le mythe de Prométhée est admis comme métaphore de l'apport de la connaissance aux hommes.

On le trouve chez Platon : le sophiste Protagoras en fait le récit dans son dialogue avec Socrate pour défendre l'idée que la vertu peut s'enseigner.

Sous le nom de « complexe de Prométhée », Gaston Bachelard définit « toutes les tendances qui nous poussent à savoir autant que nos pères, plus que nos pères, autant que nos maîtres, plus que nos maîtres. » Selon ses termes, « le complexe de Prométhée est le complexe d'Œdipe de la vie intellectuelle.»

Le philosophe de la technique, Günther Anders, forge le concept de "honte prométhéenne" exprimant ainsi la honte qu'a l'homme vis-à-vis de sa finitude au regard de la perfection des machines.

Il est également repris par le philosophe Hans Jonas, dans le Principe responsabilité (1979), pour faire allusion aux risques inconsidérés liés aux conséquences de certains comportements humains et de certains choix techniques, par rapport à l'équilibre écologique, social, et économique de la planète.

On peut aussi retrouver dans le mythe prométhéen, une partie des fondements de ce qui devient ensuite le christianisme. Dans cette optique, Prométhée descend du Ciel comme un dieu pour s'incarner charnellement et sauver l'Humanité. On retrouve aussi le thème du demi-dieu volant le « savoir divin » (le feu sacré de l'Olympe) pour l'offrir aux humains, son châtiment, délivré par le roi des dieux, consistant à être banni du domaine Olympien pour finir enchaîné et torturé sur le Caucase. Ainsi le Prométhée Grec fut un modèle pour le Lucifer chrétien, l'ange favori de Dieu, porteur de lumière et ayant "instruit" les hommes, subissant en retour une éternelle rancune céleste.

Il pourrait sembler étrange au premier abord que ce mythe puisse inspirer à la fois la figure du sauveur christique et de son opposant dans la religion chrétienne, mais n'oublions pas que les premières communautés chrétiennes désignaient Jésus par -le porteur de lumière- littéralement "Lucifer" en latin , "Phosphoros" en grec, puisqu'il symbolisait à nouveau le porteur d'un message divin aux hommes, le remplaçant de l'ange déchu en somme qui a perdu son rôle. La désignation du Christ comme Lucifer dans son sens prométhéen fut ensuite rapidement proscrite par l'Église qui interdit l'association future des noms "Jésus" et de "Lucifer", cantonnant cette dernière appellation à l'un des multiples noms de Satan.

C'est un mythe récurrent proto indo-européen que celui du messager divin se rebellant afin d'instruire les premiers humains contre l'avis des dieux, mais on le retrouve également chez d'autres peuples.

Selon certaines versions grecques ou latines, il fut enchaîné sur un rocher, mais selon d'autres, il y fut crucifié. Ce mythe peut également être mis en parallèle avec le récit biblique d'Adam et Ève, chassés du Paradis pour avoir goûté le fruit de l'arbre de la connaissance du Bien et du Mal. Ces mythes sont aussi évocateurs de l'hybris, la tentation de l'homme de se mesurer aux dieux, ou plus généralement de s'élever au-dessus de sa condition.

Partager cet article

Repost 0
Published by astyan - dans mythologie grec
commenter cet article

commentaires

Pâquerette 02/06/2011 13:27



"en savoir autant que nos maîtres, plus que nos maîtres. "


Afin qu'il n'y ait NI DIEU, NI MAITRE !


 


GR GR ....


Voilà qui réveille l'OGRE qui est en MEUHa.


AmicaleMEUH et à bientôt.



Patrick - L'AUTUNOIS 15/05/2011 17:25



Génial !!!!!!!!! Merci pour ce rappel sur ce mythe que j'avais un peu oublié ! Passes une bonne soirée et je te souhaite une excellente semaine. @+ Amicalement. Patrick.



pistache031 14/05/2011 08:23



salut, salut, un ptit coucou pour te souhaiter un excellent week end.bizzzz



Patrick - L'AUTUNOIS 08/05/2011 11:33



Très bel article et surtout très instructif. Passes un excellent dimanche. @+ Amicalement. Patrick.



francine94 08/05/2011 08:01



bonjour, encore un beau dimanche qui s'annonce; je te souhiate une bonne journée bisous



pistache031 08/05/2011 07:37



heureusement qu'ils opnt laissés un peu de truc bien pour les hommes, en effet, il nous manque quelques capacité d'adaptation! je ne connaissais pas son histoire! profite de ton week pour te
reposer! gros bisousss



Profil

  • astyan
  • Astyan le titan est le prince de la puissante cité de Posséïdonia du royaume de l'Atlantide. Vous trouvrerez ici, humour, et reve d'un monde imaginaire où les hommes quel qu'il soit, soit respecté à ça juste valeur.
  • Astyan le titan est le prince de la puissante cité de Posséïdonia du royaume de l'Atlantide. Vous trouvrerez ici, humour, et reve d'un monde imaginaire où les hommes quel qu'il soit, soit respecté à ça juste valeur.

Recherche